Portail  des régions, pour les Hauts Potentiels, atypiques et surdoués.

Douance  Aquitaine - Surdoué


POUR COMPRENDRE LA DOUANCE

QU’EST-CE QUE LA DOUANCE ?

Le ministère de l’Éducation et de la Formation de l’Ontario définit l’élève surdoué comme «l’enfant d’un niveau intellectuel très supérieur à la moyenne, qui a besoin de programmes d’apprentissage beaucoup plus élaborés que les programmes réguliers et mieux adaptés à ses facultés intellectuelles».

Entre 2 % à 5 % de la population présente les aptitudes ou les capacités intellectuelles élevées. Pour le moment, il n’existe pas encore d’autre méthode que les tests de développement intellectuel qui sont surtout axés sur le QI (Quotient Intellectuel) pour déterminer l’existence de la douance. Ce sont les scores du QI qui définissent l’élève comme surdoué.

Par contre, plusieurs experts ont tenté d’élargir la définition traditionnelle de l’intelligence. Selon Joseph Renzulli, professeur à l’Université de Connecticut et un expert dans le domaine de la douance, * la douance fait appel à l’interaction de trois caractéristiques psychologiques fondamentales : aptitudes supérieures à la moyenne, très grand sérieux à la tâche et dégrés élevés de créativité + (Three Ring Conception of Giftedness, 1978). L’étude de Howard Gardner, le psychologue cognitiviste, a produit la théorie des intelligences multiples qui définissait huit formes d’intelligence : linguistique, logicomathématique, visuospatiale, somatokinesthésique, musicale, interpersonnelle, intrapersonnelle et naturaliste. D’autres penseurs ont également contribué à la douance et des approches à privilégier dans ce domaine : Edward de Bono (Pensée latérale), Daniel Goleman (Intelligence émotionnelle), C.W. Taylor (Talents multiples), Hugues et Miles (Processus mentaux).

Bien que le domaine de la douance ne cesse d’évoluer, il reste encore beaucoup d’aspects à démystifier. L’environnement joue-t-il un rôle signifiant dans le développement cognitif de l’élève ou doit-on se fier aux recherches qui démontrent que l'intelligence - et ainsi la douance - est d'origine majoritairement génétique? Pourquoi existe-t-il un si grand écart entre les habiletés cognitives d’un élève surdoué et sa performance en milieu scolaire ? Un élève surdoué peut être sous-performant sur le plan académique, éprouver des difficultés dans ses cours et même vivre des échecs à l’école.

TOUS LES SURDOUÉS SONT-ILS PAREILS?

Il est difficile de décrire un élève surdoué typique car chacun possède son profil de personnalité et ses intérêts. Toutefois, pour mieux comprendre la douance et ses diverses facettes, certains chercheurs ont tenté de regrouper les élèves surdoués en six profils. On définira un élève surdoué selon son profil dominant mais il peut également posséder des caractéristiques des autres profils.

#1 - L’élève surdoué académique
L’élève s’intéresse aux livres très tôt, a un raisonnement surprenant, apprend rapidement les leçons et n’a pas besoin de répétitions pour apprendre un nouveau concept. Cet élève est très informé sur une multitude de sujets et a tendance à poser d’innombrables questions. Le surdoué académique est performant dans un milieu scolaire.

#2 -L’élève surdoué créatif
Une grande imagination décrit parfaitement cet élève. Parfois, il s’invente des histoires et des constructions de toutes sortes, ses idées sont nombreuses. C’est aussi l’élève qui ne semble pas préoccupé par les choix populaires.


#3 - L’élève surdoué leader
L’élève élabore et organise une multitude d’activités. Cet élève possède un certain charisme et est souvent à la tête du groupe. Bon orateur, il peut s’affirmer, faire valoir son opinion et s’allier les amis.

#4 - L’élève surdoué perfectionniste
L’élève se valorise grâces à ses notes et aime faire un travail parfait à tous les points de vue. Il est très sérieux dans ses apprentissages et se valorise par rapport à sa réussite scolaire.

#5 - L’élève surdoué sous-performant
Il existe souvent un grand écart entre ce que cet élève peut faire et ce qu’il accepte de faire surtout dans le contexte scolaire. Cet élève semble parfois désintéressé, détaché ou insouciant de son apprentissage.

#6- L’élève surdoué talentueux
Cet élève s’intéresse depuis son enfance à un instrument, un jeu ou une activité particulière. Il réussit extrêmement bien dans son domaine privilégié d’intérêt et investit une partie importante de son temps pour pratiquer et développer son talent.

COMMENT RÉPONDRE AUX BESOINS DE L’ÉLÈVE SURDOUÉ?
L'enfant surdoué n'apprend pas de la même façon qu'un enfant régulier : il a besoin de plus de stimuli, et de plus de complexité. Son éducation doit être à la fois plus rapide et plus complète; l’accélération est encouragée mais l’élève a également besoin d'apprendre plus de choses en mettant toujours l’accent sur la complexité des tâches.

QUELLES SONT DES SOLUTIONS ÉDUCATIVES POSSIBLES?
Selon la politique du Conseil scolaire de district catholique du centre-sud, l’élève surdoué est intégré dans la salle de classe régulière. Pour répondre aux besoins de l’élève surdoué, l’enseignant fait des adaptations selon les trois approches éducatives privilégiées dans la majorité des programmes de douance :
1- L'approfondissement consiste en l'étude plus poussée des sujets du programme.
2- L'enrichissement consiste en l'augmentation du nombre de sujets appris.
3- L'accélération consiste à limiter le nombre de répétitions et de révisions du programme.
 
POURQUOI OFFRIR DES SERVICES AUX ÉLÈVES SURDOUÉS ?
Les statistiques démontrent que 50 % des élèves surdoués se retrouvent en situation d’échec scolaire à 14 ans si leur éducation ne respecte pas un certain rythme d’apprentissage et s’ils ne bénéficient pas d’un environnement adapté.

Article (extrait) écrit par Isabel Roque Gomes, conseillère pédagogique en enfance en difficulté
Article publié dans le Chacun de nous, février 2004  
- Canada















Parabole de L’aiglon – La Recherche de son identité

L’aiglon qui se croyait une poule.

Un promeneur en montagne découvrit un nid d’aigle abandonné où il trouva un œuf.
Il le prit avec délicatesse et le confia à un fermier, dans l’espoir de le faire couver par une poule.


Peu de temps après, naquit un aiglon parmi une couvée de poussins.

La poule en prit soin et l’éleva comme le reste de ses rejetons.
Un jour, il vit un aigle planer dans le ciel.

Il dit tout haut « Quand je serai grand, je volerai comme un oiseau ».


Il s’attira les moqueries des autres poussins, qui déclarèrent :

« Tu es une poule comme nous ! »

Tout honteux, l’aiglon continua de se comporter comme une poule et de picorer des grains.


Voyant grandir l’aiglon, le fermier voulut le faire voler.

Le prenant dans ses mains, il le lança dans les airs.

Mais, l’aiglon, convaincu qu’il ne pouvait voler, n’ouvrit pas les ailes.
Il atterrit maladroitement sur le sol, provoquant un fou rire général dans la basse-cour.


Un peu plus tard, le fermier fit un second essai.

Cette fois-ci, il monta sur le toit de la grange avec l’aiglon et il le lança dans le vide en disant :

« Vole, tu es un aigle ! »


Timidement, l’oiseau ouvrit les ailes et se mit à planer au-dessus de la basse-cour ,

avant de s’envoler vers la montagne.